123865431_3802915143061470_3623044186459

Notre Histoire

 

L'HISTOIRE DU VILLAGE

Son nom vient de l’association de deux mots latins « cortem » signifiant « domaine » et de « medarius » signifiant « milieu » soit le « domaine du milieu ».

Au fil du temps, son nom a quelques peu évoluer, en 1222 (Cormoiers) ; en 1303(Courmoyer) ; en 1346(Courmoier) et enfin en 1604 Cormoyeux.

1.jpg

 

 

En 1790 La commune a absorbé celle de Romery pour former jusqu’en 1905 Cormoyeux et Romery. Le chef lieu était Cormoyeux. En témoigne le sceau de l ‘époque que l’on retrouve dans nos archives.

L’église romane du village construite en 1222 est très simple. Elle témoigne de la modestie des habitants de l’époque. Elle appartenait au doyenné de la Montagne et était placée sous le vocable de Saint Clément, pape, et du patronat de l’abbé d’Hautvillers. 

2.jpg
3.jpg
plan.jpg

Sa cloche, datant de 1544 est classée monument historique.  Elle sonne le La et a une panse bien arrondie d’un bronze vert très net. On peut y lire les inscriptions suivantes en lettres gothiques.

On distingue également deux petites figures moulées représentant Sainte Hélène et le Christ en croix. Sa marraine serait Suzanne de la Hazette. 

La Hazette désignait un fief tout proche de Cormoyeux, comprenant jadis une maison forte située dans un bois dont le nom s’est conservé parmi les lieux-dits du territoire d’Hautvillers. Le domaine de la Hazette existait encore au XVIIème siècle avec ses dépendances où vivait le seigneur à l’époque.

Les murailles du clocher de l’église ont reçu des inscriptions portant des noms et dates anciennes. Celle-ci, profondément gravée dans la pierre du bas de la baie vers l’est, donne le nom du sonneur au milieu du XVIIIème siècle.

4.jpg
5.jpg

A l’intérieur de l’église, dans le transept Nord dans la partie chapelle, on peut apprécier une magnifique fresque représentant le jugement dernier datant du XIIIème siècle restaurée gracieusement en 1996 par Giovanni GRITTI, artiste italien.

6.jpg

En se promenant à l’extérieur de l’église, on peut admirer deux têtes sculptées des chevaliers de l’Ordre des Templiers ou de l’Ordre de Malte.

7.jpg
8.jpg

Au fil du temps la démographie du village évolue. Auparavant, le nombre d’habitants se comptait en nombre de « feux » soit en nombre de foyers.

Nous rappelons que les communes de Cormoyeux et Romery ne formaient qu’un de 1790 à 1905 ce qui correspond aux fluctuations observées.

9.jpg

Auparavant, le village était jalonné de 6 à 7 Moulins à eau aux noms savoureux « …Monte en Peine », «… Ecoute s’il pleut », « …Des Roseaux ».

Le cours d’eau principal traversant le village est le Ruisseau des Sentelles. L’eau des fontaines et les puits creusés dans le sable fournissent abondamment tous les besoins du village.

Les sols sablonneux, limoneux et grèveux conviennent parfaitement aux cultures de l’époque comme le froment, l’avoine, la vigne et les pommes de terre.

On y trouve également des carrières de pierre à chaux, de la terre à brique, tuiles et carreaux ; du sable blanc dont on fait du cristal.

Cormoyeux était surtout réputé pour sa production de pomme de terre, la Blafe. Ceci explique l’expression bien connue des habitants qui réveille les papilles : « la pomme de terre de Cormoyeux avec le bifteck au milieu ! »

 

Ce n’est qu’à la fin du 19ème siècle que la vigne se développe réellement dans le village grâce à Charles LEMOINE.  En effet, la nature de nos sols convient très bien à la vigne et donne un vin de qualité.

 

En 1911, la région est fortement ébranlée par la révolution des vignerons.  La misère devient insoutenable provoquée par l’excès d’offre. Suite à cette révolte, les vignerons obtiennent une échelle des crus fixant les prix des raisins et réservera aux vins de la Marne la précieuse appellation « Champagne ».

Cela nous vaudra le surnom de la Vallée des manches à Hoyau.

Durant la première guerre, la commune de Cormoyeux a perdu nombreux de ses soldats, elle a d’ailleurs été décorée de la croix de guerre de 1914-1918.

A la seconde guerre, le village a eu la chance de ne pas être détruit malgré les bombardements proches.

10.jpg
11.jpg

Les militaires morts aux combats pendant la guerre 1914-1918 :

 

Faubert Léon

Frugier Hippolyte

Lecourt Emile

Mauchamps Jules

Pongnot Adonis

Robert Henry

Tellier René

Boissolle Camille

Couvent Octave

Pasque Adolphe

Hanin Lucien

Au fil des ans, le village a vu fermer ses petits commerces.  Auparavant, il y avait 3 cafés et une épicerie. En témoigne cette photo d’époque du Café Maillard-Martin dans la Rue principale début du XXème.

           

12.jpg

Dans les années 50, la salle de classe de l’école du village attenante à la mairie faisait office une fois par semaine de salle de Cinéma grâce Monsieur Petit de Dizy, propriétaire d’une société de « Variétés – Cinéma ».  En effet, on pouvait lire à l’époque sur le mur face à l’entrée de la salle municipale une plaque émaillée indiquant « Défense de Fumer et de Cracher », on distinguait également une plaque coulissante dans le mur permettant la projection du film. Cette diffusion eu lieu de  à 1949 à 1952.

L’école fermera ses portes en juillet 1973, les enfants sont scolarisés désormais à Damery.

 

13.jpg

En 1976 est créé le Parc Régional Naturel de la Montagne de Reims dont la commune fait partie. Cormoyeux a été connu également pour son Association du Vélo Club qui a pendant de nombreuses années constitué les rendez vous incontournables du cyclo-cross.

La commune est également renommée pour accueillir chaque année une étape clé du fameux Rallye des Vins de Champagne grâce à ses virages si légendaires.

 

Aujourd’hui, l’activité principale du village est le travail de la vigne et le commerce de Champagne. La commune est placée sur l’itinéraire de la Route touristique du Champagne. Cormoyeux est unique en France et n’a pas d’homonyme. Les Cormoyats s’efforcent au fil des ans de maintenir l’ambiance joviale, chaleureuse et accueillante du village qui fait sa réputation.